Toute la négativité doit nous lâcher | Kabbalah Centre France

Toute la négativité doit nous lâcher

ALL NEGATIVITY MUST LET GO OF USLe Zohar parle d'une idée très simple qui peut aider à élever notre conscience tout au long de Pessa'h afin que nous puissions recevoir les dons extraordinaires qui sont disponibles pendant ce temps. Il y a quelque chose qui s'appelle le Shlosha Regalim, qui sont les trois connexions majeures, ou des fêtes de l’année ; Pessa'h, bien sûr, est l'une d'entre elles, avec Shavouoth et Sukkot. Tout au long de l'année, la Lumière du Créateur est cachée, et même si nous faisons le travail spirituel et luttons pour nous connecter à cette Lumière, il y a des hauts et des bas, des moments de connexion et de déconnexion. Cependant, les kabbalistes expliquent dans le Zohar, dans Emor, que pendant ces trois fêtes, la Lumière du Créateur est complètement révélée, sans aucune barrière ni obstacle.

 

Ce qui commence à Pessa’h, par conséquent, est littéralement une découverte de la Lumière du Créateur. En outre, chaque aspect de la négativité qui existe ou se manifestera dans nos vies peut être dissout à Pessa’h. Les kabbalistes expliquent, et le Ari le fait remarquer encore et encore, que tout au long de l'année, oui, nous pouvons faire des connexions et attirer la Lumière, mais il y a toujours des forces négatives autour de nous ; nous pourrions attirer un peu de Lumière, nous pourrions perdre un peu de Lumière, et nous pourrions être repris par le Côté Négatif.

 

Il n'y a aucune garantie que la Lumière soit révélée pendant le reste de l'année, mais Pessa'h est différent, parce que la Lumière du Créateur arrive avec une telle force que si nous la recevons, rien de négatif ne peut rester en nous. C'est la raison pour laquelle, même si les Israélites étaient spirituellement et physiquement dans un état très bas, les Égyptiens devaient les laisser partir - parce que la Lumière révélée était si puissante et complète qu'elle écrasait toutes les forces de négativité. Pessa'h, par conséquent, est le seul moment de l'année où le Côté Négatif doit - qu'il le veuille ou non, que nous le méritions ou non - nous lâcher. Il ne peut plus nous retenir.

 

Le Rav Brandwein, en parlant à mon père, le Rav Berg, de la puissance de cette journée, dit que tout le reste de l'année, il y a presque comme une dispute entre la Lumière du Créateur et la Sitra Achrah, le Côté Négatif. C'est comme si la Lumière du Créateur disait au Côté Négatif : « Non ! Cette personne devrait avoir la Lumière, les bénédictions, la santé, le bonheur et la force, car elle est connectée à Moi », tandis que la Sitra Achrah dit : « Non, non, ils sont à moi, ils méritent d'avoir les ténèbres, la douleur ! ».
Il y a des moments où nous sommes submergés par les bénédictions que nous a données le Créateur, et des moments où nous sommes submergés par les ténèbres qui nous assaillent par le Côté Négatif.

 

Cependant, Pessa’h est différent. Ce qui se passe sur Pessa'h, le Rav Brandwein dit au Rav Berg, c'est que le Créateur dit au Côté Négatif : « Laisse-les partir, retire tout ton contrôle de toute personne qui désire se connecter à Pessa’h. » La puissance et la beauté de cette journée est que c'est la seule période de l'année où, si nous nous connectons complètement à son énergie, le Côté Négatif doit s’en aller. C'était la Lumière qui a permis aux Israélites de sortir d'Egypte, et c'est cette Lumière qui est disponible pour nous à Pessa'h.

 

Bien qu'il soit vrai que chaque personne se connecte à un niveau différent, nous comprenons maintenant que si nous nous connectons avec cette conscience à Pessa'h, nous recevons le don gratuit de ce jour : la Lumière écrasante et révélée du Créateur qui ne permet à aucune force négative de rester attachée à nous. Nous pouvons donc quitter Pessa’h avec un Côté Négatif qui n’a plus aucun contrôle sur nous. Il doit nous lâcher en ce jour.

 

C'est donc là que nous commençons. Quel que soit l'attachement au Côté Négatif que nous avons eu avant Pessa'h, si nous nous connectons au don qui nous est disponible tout au long de cette période, nous pouvons quitter Pessa’h retiré du contact de la Sitra Achrah... Ou s'il n'est pas complètement supprimé, au moins beaucoup plus libre. Tandis que nous faisons les connexions et écoutons la Torah pendant Pessa'h, nous devons simplement avoir cette conscience que la Lumière circule en nous et alors qu'elle continue à affluer en nous, le Côté Négatif commence à lâcher prise.

 

Il y a des aspects du Côté Négatif qui nous sont attachés et dont nous ne sommes même pas conscients. Mais si nous avons la connexion de ce jour, alors, même ces aspects du Côté Négatif doivent nous lâcher. En écoutant la Torah et en établissant toutes nos connexions tout au long de Pessa'h, nous devons savoir que la Lumière afflue, et nous pouvons penser à ces aspects du Côté Négatif - ceux que nous connaissons, mais surtout ceux que nous ne connaissons pas, et savoir que la Lumière écrasante du Créateur les force à nous lâcher.

 

Par Michael Berg
28 mars 2018