Révéler notre sixième sens | Kabbalah Centre France

Révéler notre sixième sens

Cette année, nous avons deux mois des Poissons, ou en hébreu : Adar. Pourquoi ? Parce que sept fois sur un cycle de 19 ans, il existe une année bissextile et au lieu d’ajouter un jour comme dans le calendrier grégorien, le calendrier kabbalistique ajoute un mois entier. Nous entrons actuellement dans le premier mois d'Adar, ou ce que nous appelons Adar I. Les kabbalistes enseignent qu'Adar est lié à la révélation de notre sens spirituel, ou à ce que l'on appelle souvent aujourd'hui le sixième sens.

 

La plupart d'entre nous vivons nos vies affectées par ce qui est le plus évident, alors qu'une personne vraiment élevée peut recevoir et percevoir ce qui est presque inexistant.


Par exemple, si nous signons une excellente affaire, nous sommes remplis de bonheur, car nous en avons été affectés. Mais, disons qu’il y a un verre d'eau à côté de nous et nous ne sommes pas conscients que la même lumière que nous avons ressentie lorsque nous avons signé cet accord existe aussi dans la petite gorgée d'eau que nous sommes sur le point de prendre. Pourquoi ? Parce que bien que l'essence de la lumière et de l'énergie dans la gorgée d'eau et le contrat commercial ne soient pas différentes, nous ne pouvons recevoir et percevoir que ce qui est manifeste ou évident.

 

Le Ari nous dit que le mois des Poissons concerne ce sens que nous devons tous développer, car cela n’est pas naturel pour la plupart d’entre nous. En termes simples, ce qui rend une personne plus spirituelle que d’autres, c’est le fait qu’elle ait besoin de moins d’occurrences physiques de ce type pour la rendre heureuse et contente.

 

En vérité, la Lumière qui existe dans les choses qui nous rendent heureux est la même Lumière qui existe aussi dans les choses qui nous rendent beaucoup moins heureux. Les kabbalistes enseignent que la lumière infinie est dans tout. Lorsque nous dégustons un steak, par exemple, la joie que nous en extrayons est celle que nous pouvons ressentir en regardant une chaise ou une table, car la Lumière infinie est dans ces choses autant que dans le steak. Mais percevoir cela a à voir avec notre « sens spirituel », comme l'appelle le Ari. Chaque fois que nous agissons dans le sens du désir de recevoir pour soi-même, nous corrompons encore plus nos sens et avons besoin de plus de choses extérieures pour nous exciter et nous rendre heureux. Mais ce mois-ci, nous avons le don de commencer à changer cela.

 

Alors que nous entrons dans le premier mois d’Adar, ce que nous voulons demander, c’est la capacité de recevoir et de percevoir la véritable essence des choses.
Les kabbalistes enseignent que le « Guemar HaTikun », la fin de la correction, ne peut être expérimenté que par un individu qui a développé ce sens. Comme nous le disait mon père, Rav Berg, la lumière de la fin de la correction est déjà présente ; nous ne pouvons tout simplement pas la voir, parce que chaque action, pensée ou mot relié à notre désir de recevoir pour soi-même, nous dissimule ce sens. La raison, par conséquent, qu'il y a ceux qui ont ce qu'on appelle le sixième sens et sont capables de ressentir ce que les autres n'ont pas, c'est parce que leur sens spirituel n'est pas couvert.
Et ce mois-ci, nous avons la possibilité de demander et de recevoir ce qui est invisible, ce que l’on ne sent pas et inconnu du plus grand nombre. Si nous avons à la fois ce désir et cette conscience, et si nous poussons à découvrir ce sens spirituel, nous pouvons commencer à extraire la joie et à comprendre des choses que nous ne pouvions pas auparavant.