Prendre dans la lumièr | Kabbalah Centre France

Prendre dans la lumièr

La portion de « Terumah » est très belle. Physiquement, l’histoire nous parle de la collecte de matériaux pour la construction du « Mishkan », le Tabernacle. Cependant, au cœur de cette lecture, et de ce Shabbat, se trouve réellement un éveil du cœur et de l'âme à une connexion avec la Lumière du Créateur. Et beaucoup des plus belles sections du Zohar qui parlent de cet éveil de notre cœur et de notre âme sont discutées dans la partie du Zohar de « Terumah ». En tant que tel, ce qui est vraiment unique à propos du Shabbat de « Terumah » est l'aide que nous recevons de la Lumière du Créateur pour nous ouvrir véritablement et ressentir l'éveil de notre cœur et de notre âme.

 

La partie commence avec le Créateur disant à Moïse, à propos des Israélites :
« Ils devraient me présenter une offrande. . . Toute personne »,
« meet kol ish asher yidvenu libo » dont le cœur est éveillé à donner,
« kol ish tikkhu et terumati » de lui, vous pouvez et devez prendre l'offrande.
Et il y a un bel enseignement du petit-fils du Baal Shem Tov à ce sujet. Il dit que l’utilisation par le Créateur du mot «li» est significative; cela signifie que le Créateur dit: «Emmène-moi», comme si la Lumière attend que nous la prenions.

 

Mais comment pouvons-nous prendre la Lumière, alors que c’est ce que le Créateur nous demande de faire ?
C'est une compréhension complètement différente de la façon dont nous accomplissons notre travail spirituel. Nous ne nous connectons pas à la Lumière ni n'en tirons une partie. Au contraire, nous devons prendre la Lumière comme étant la nôtre. Et, si nous faisons cela, nous commençons réellement à la ressentir et la ressentons différemment. La question est donc de savoir comment prendre la lumière du Créateur pour qu’elle repose tout le temps en nous. Le moyen le plus important et le plus puissant consiste à se connecter aux mots du Zohar. Pourquoi ? Parce que les mots du Zohar, comme nous en avons parlé précédemment, sont l’essence de la Lumière du Créateur.

 

Cependant, la conscience avec laquelle nous nous connectons au Zohar est extrêmement importante.
Avec chaque mot que nous prononçons, scannons ou étudions, nous devons méditer sur le fait que, même si les mots semblent sortir d’un ouvrage, en réalité, nous les prenons en nous ; grâce à chaque mot, nous absorbons l'essence de la Lumière du Créateur. Et c'est pourquoi, comme je le mentionne souvent, il est important de prononcer les mots du Zohar, pour qu’ils nous viennent à l'oreille. Parce que le but et le processus de connexion à l’essence de la Lumière du Créateur, ou plus important encore, de prendre la Lumière du Créateur en lisant ou en scannant le Zohar, ne consistent pas à les faire sortir en les lisant, mais plutôt à les faire entrer en les entendant. Les mots du Zohar entendus par nos oreilles, nous permettent réellement de prendre ces mots, qui sont l'essence de la Lumière du Créateur, en nous-mêmes.

 

Alors, quand la Lumière dit dans la partie de « Terumah », « J'ai besoin que tu me prennes », le Créateur nous dit en fait : « Je n'ai pas besoin de toi pour te connecter à Moi, je ne veux pas que tu dessines une partie de Ma Lumière. ; J'ai besoin de toi pour m'introduire en toi. »
Et, par conséquent, il n'existe pas d'outil plus puissant dans le monde pour prendre la Lumière et l'amener en nous que la récitation, l'audition ou la lecture des paroles du Zohar. Mais cela doit être fait avec cette conscience : en disant les mots du Zohar, nous savons qu’ils sont l’essence de la Lumière du Créateur, et en les entendant nous les prenons, en prenant Lumière du Créateur pour nous-mêmes. Si nous les lisons de cette façon, nous devrions sentir notre cœur et notre âme devenir éveillés et remplis de la Lumière du Créateur. Et par le Shabbat « Terumah », nous recevons l'aide du Créateur pour nous ouvrir à cet éveil.