L’importance de s’efforcer à atteindre un second niveau de certitude | Kabbalah Centre France

L’importance de s’efforcer à atteindre un second niveau de certitude

Au sein de la portion Vayechi, tandis que Jacob se prépare à quitter ce monde, il octroie à chacun de ses fils à la fois une bénédiction et une prophétie. A mesure qu’il s’exprime, il reçoit une prophétie concernant l’un de ses enfants, Dan. Rashi, ainsi que les Kabbalistes, disent que la prophétie est au sujet de Samson, une grande âme qui vint dans ce monde bien après le départ de Jacob. La vision qu’eut Jacob est que Samson serait celui qui manifesterait une issue à la douleur, la souffrance et la mort dans ce monde : il manifesterait le canal pour la Fin de la Correction. Mais la prophétie se poursuivit et Jacob vit qu’il arriverait quelque chose de mal à Samson, que ses yeux seraient évalués et qu’il mourrait. Puis il dit : « « L’Yeshuascha Kivisi HaShem », je veux, je désire le réveil de la Rédemption du Créateur. »

 

Il est important de comprendre exactement ce qu’il se passe ici. Jacob a des visions au sujet de chacun de ses fils. Lorsqu’il commence à recevoir la prophétie de la tribu de Dan, il commence à voir l’avenir et se réjouit lorsqu’il voit qu’il va y avoir cette grande âme, Samson, qui manifestera la fin de toute la douleur, la souffrance et la mort dans ce monde. Mais la vision se poursuit et Jacob dit qu’il peut à présent voir qu’il s’est trompé ; non seulement Samson ne serait pas l’âme qui manifesterait la Fin de la Correction, mais aussi, il mourrait d’une mort terrible. Puis juste après cela, les trois mots qui suivent, L’Yeshuascha Kivisi HaShem, il dit au Créateur : « J’attends Ia Fin de la Correction, la Rédemption Finale. »

 

Cette vision que Jacob nous enseigne est un secret très important. Le Zohar dit, et les Kabbalistes enseignent, qu’aucune Lumière ne peut être révélée dans ce monde sans un réveil de désir suivi d’une attente que cette Lumière soit révélée. Chaque jour lors de notre connexion du matin, nous disons : « «  Kaveh el Hashem », attends, désire, et sois certain de la manifestation de la Lumière du Créateur. » Cela peut être pour une petite difficulté, une grande difficulté, ou dans la totalité de la révélation de la Lumière du Créateur dans ce monde, mais il nous est nécessaire d'avoir le désir et la certitude que l’assistance viendra de la Lumière du Créateur. Ensuite, la phrase est à nouveau répétée.

 

Ainsi, les Kabbalistes demandent pourquoi il est dit à deux reprises « Kaveh el HaShem », réveille la certitude que la Lumière du Créateur vient t’assister ? Les Kabbalistes enseignent que la révélation complète de toute assistance véritable de la Lumière du Créateur se présente toujours comme une courbe en cloche. Il y a la certitude, le réveil du vase que nous pensons voir se manifester pour notre assistance et qui ensuite s’éloigne. Puis si nous sommes capables, au coeur de la difficulté de maintenir la certitude, la seconde fois, la Lumière se manifestera. La Lumière, les plus grandes bénédictions, ne se manifesteront jamais ni dans la vie d’une personne, ni dans le processus collectif de ce monde sans une courbe en cloche à savoir, le réveil de la certitude, la perte de l’idée sur laquelle cette certitude était fondée, puis le réveil à nouveau de cette certitude.

 

Pour la portion Vayechi, on peut demander pourquoi le Créateur est-il si méchant envers Jacob ? Il est sur le point de quitter ce monde, il reçoit des visions, alors pourquoi lui envoyer une vision erronée ? Pourquoi lui laisser croire, tandis que l’histoire entière de Samson lui est révélée, que Samson manifestera la suppression totale de la douleur, de la souffrance et de la mort dans ce monde, seulement pour voir quelques secondes plus tard dans la poursuite de la prophétie que Samson ne sera pas cette personne ? Jacob met tout son espoir et son éveil sur l’âme de Samson, seulement pour voir qu’il échouera. Alors, Jacob dit : « Mais je n’abandonne pas. Je réveille toujours la certitude, le désir et l’attente de la Rédemption Finale. »

 

Et c’est une chose fascinante ; ces trois mots, L’Yeshuascha Kivisi HaShem, « Pour Votre assistance, pour Votre rédemption, j’éveille la certitude, j’attends la Lumière du Créateur », quelque soit l’ordre dans lequel ils apparaissent, peu importe la manière dont ces mots sont organisés, ils veulent dire exactement la même chose. Par conséquent, Jacob nous révèle, à travers ces mots, un important secret.

 

Nous savons tous, bien entendu, l’importance de la certitude, et nous disons chaque jour dans nos connexions que nous attendons la Lumière du Créateur pour nous assister et se manifester à la fois dans nos défis personnels et collectifs. Mais ce que nous devons apprendre de cette vision et prophétie de Jacob, c’est que la manifestation et l’assistance de la Lumière ne se produira pas à travers une seule certitude. Aucun grand cadeau, aucune grande assistance et certainement pas la révélation complète de la Lumière du Créateur dans ce monde, ne se manifesteront à partir d’une seule certitude. Il y a aura de la certi-tude, elle sera perdue, et alors, lorsque nous aurons de nouveau la certitude, la Rédemption Finale sera révélée.

 

Ceci s’est produit à la fois pour le Rav Ashlag et pour mon père Rav Berg, qui ont expérimenté la même chose lorsque leurs enseignants moururent. Lorsque Rav Ashlag étudiait avec son enseignant, il écrivit qu’il croyait qu’à travers l’étude et le travail avec son enseignant, il atteindrait le but de sa vie ainsi que la révélation complète de son âme fascinante… mais son enseignant mourut ensuite. Et Rav Berg dit la même chose au sujet de son enseignant avec lequel il étudia de 1962 à 1969 ; il mit tout son espoir, toute sa certitude, et son éveil dans son enseignant, Rav Brandwein, qui ensuite quitta ce monde en 1969. Tout ce qu’à la fois Rav Ashlag et Rav Berg avaient espérés pouvoir recevoir - la sagesse, la croissance et la compréhension - ils le perdirent complètement. Rav Ashlag dit même que lorsque son enseignant quitta se monde, il oublia tout ce qu’il avait jamais appris avec lui.

 

Pourquoi est-ce ainsi ? Parce que dans toute grande révélation il y a toujours une certitude, une perte de cette certitude, et ensuite L’Yeshuascha Kivisi HaShem, un réveil d’une certitude plus vraie, plus profonde, plus forte dans la Lumière du Créateur. Et cette seconde certitude est la seule qui puisse manifester toutes les bénédictions véritables dans notre vie ainsi que toutes les véritables révélations dans notre monde. Par conséquent, à la fois Rav Ashlag et Rav Berg durent mettre leur désir tout entier et leur certitude dans leurs enseignants, et ensuite perdirent leurs enseignants, parce que la grande Lumière, la grande sagesse, la grande révélation, ne sont jamais révélées avec un seul ni-veau de certitude.

 

Nous apprenons de ceci qu’il y a de fortes chances, si cela est important, que nous n’atteindrons pas la manifestation de la Lumière pour laquelle nous avons éveillé la certitude au sein de cette première certitude. Nous perdrons cette certitude et devrons ensuite nous rappeler de nous efforcer à gravir la montagne et réveiller à nouveau la certitude en nous. Et ensuite, L’Yeshuascha Kivisi HaShem, nous pouvons réveiller le véritable désir, la véritable certitude et manifester une grande Lumière dans notre vie et dans ce monde.

 

L’un des cadeaux que Jacob nous offre dans la portion Vayechi, c’est la difficile perte de sa certitude et la compréhension de la raison pour laquelle il a dû passer à travers cela. En passant à travers cela, il nous enseigne de ne pas rester dans la vallée du manque de certitude. Il se force à se ressaisir et dit : « « L’Yeshuascha Kivisi HaShem », « A présent je réveille le second niveau, le niveau le plus profond, le niveau le plus fort de certitude. » Toute véritable Lumière révélée dans ce monde, soit individuellement ou collectivement de la révélation de la Fin de la Correction, ne se manifestera uniquement lorsqu’il y aura suffisamment de personnes qui auront réveillé la certitude, perdu leur certitude, et se seront ensuite efforcées à réveiller le second niveau d’une certitude plus authentique et plus forte. C’est la raison pour laquelle nous pouvons lire le verset L’Yeshuascha Kivisi HaShem de n’importe quelle manière que nous le voulons ; une fois que nous parvenons à ce second niveau de véritable certitude, alors à reculons ou vers l’avant, cela n’a pas d’importance, parce que c’est là et cela reste pour toujours.

 

Par Michael Berg
27 décembre 2017