La Balance Ne rien avoir mais tout vouloir | Kabbalah Centre France

La Balance Ne rien avoir mais tout vouloir

Nous entrons maintenant dans le mois de la Balance, ou le mois de Tichri ; Rosh Hashana tombent les deux premiers jours de ce mois, la nouvelle année. Alors que nous arrivons dans cette nouvelle année, nous ne souhaitons pas que cette nouvelle année soit une version similaire de l’année que nous venons de terminer. Au contraire, nous voulons qu’elle soit encore plus grande que l’année précédente et que n’importe quelle autre année de notre vie. En ce mois, donc, et particulièrement au cours des deux premiers jours de Rosh Hashana, nous souhaitons attirer non pas juste quelque chose de plus, ou une Lumière plus grande, mais une Lumière qui transformera tous les aspects de notre vie, à la fois spirituellement et physiquement.

 

Cependant, sans être sensible et sans conscience de notre part, la Lumière du Créateur ne peut pas se manifester. Et un niveau de conscience qu'il est important de garder à l'esprit lorsque nous établissons nos connexions ce mois-ci est la conscience de la pauvreté. Chacun de nous est destiné à la grandeur, mais parce que nous nous contentons de moins, physiquement et spirituellement, nous n’atteignons pas notre destin. Mais dans le mois de Tichri, nous ne pouvons pas nous installer; nous voulons que ce soit une année au cours de laquelle nous ne recevrons rien de moins que ce à quoi nous sommes véritablement destinés.

 

Les kabbalistes enseignent que chaque année qui est pauvre au début, est riche à la fin. Par conséquent, nous devons commencer ce mois-ci d'abord avec un état d'esprit de pauvreté, en comprenant que nous n'avons rien, puis en prenant conscience de tout vouloir. Donc, alors que nous entrons dans le début de cette nouvelle année, nous devons cultiver cette conscience de n'avoir rien, tout en voulant tout. Pourquoi ? Parce que rien ne reste de l'année précédente ; Puisque nous partons de rien, nous devons tout demander, comme la santé, la subsistance, les bénédictions et même un accomplissement complet.

 

Pour atteindre la grandeur pour laquelle nous sommes venus dans ce monde, nous devons savoir que nous n’avons rien, tout en même temps nous ne nous contentons plus de ce que nous avons eu jusqu’à présent, ni au sens physique ni au sens spirituel; nous voulons tout de nouveau et encore plus qu'avant. Et tout au long du mois de la Balance, si nous intégrons cette conscience et nous rappelons qu'une année commençant par la conscience de la pauvreté peut se terminer par une richesse physique et spirituelle, nous pourrons puiser dans nos vies toute la nouvelle année que nous souhaitons - une année rempli de bénédictions, d'accomplissement et de Lumière sans fin.

 

Par Michael Berg