Elever le physique | Kabbalah Centre France

Elever le physique

Il y a une collection de quelques enseignements d'une grande âme qui a vécu, et été tuée pendant l'Holocauste. Il n'y a pas d'enseignement sur la portion de chaque semaine ; par conséquent, je n'ai pas souvent l'occasion d'étudier à partir de cela. Mais Vayishlach est une partie de la collection, et je suis ravi de partager l'enseignement avec vous. 

 

La plupart d'entre nous connaissent l’histoire ; Jacob, ayant vécu de nombreuses années avec son beau-père, Laban, reçoit un message du Créateur selon lequel il est temps de retourner chez ses parents. Sur son chemin, il découvre que son frère, Esaü, va lui faire du mal et probablement le tuer, lui et sa famille. Et ainsi, Vayishlach commence par la phrase qui déclare que Jacob « envoya des anges ». Ce n'est pas souvent que nous trouvons littéralement, le mot « ange » dans la Torah. Il y a une discussion parmi les commentateurs, à savoir s'il a littéralement envoyé des anges, ou si les anges, ici, signifient simplement des messagers ou des personnes que Jacob a envoyées. Rachi, le grand Kabbaliste et commentateur, dit que Jacob a effectivement appelé des anges du ciel pour aller voir et parler aux soldats d’Esaü qui venaient le tuer.

 

Nous savons que toutes ces histoires ne sont pas des histoires historiques, mais plutôt des secrets et des compréhensions dont nous avons besoin aujourd'hui. Alors, quel est le secret ici ? Cet enseignement dit que nous pouvons comprendre ce verset et le secret du concept de Jacob envoyant les anges réels car cela concerne notre propre travail spirituel. Quel est le plus grand désir du Créateur pour nous ? Qu'est-ce que la Lumière du Créateur désire vraiment pour nous et qu’attend-elle de nous ? Certains d'entre nous pourraient penser que c'est le travail spirituel, les prières, les connexions...mais cet enseignement dit que non. L'ultime, la chose la plus importante que le Créateur désire pour nous n'est pas le travail spirituel, les actions spirituelles, l'étude ou les connexions. Mais c'est d'avoir la capacité d'élever la physicalité.

 

Les Kabbalistes en parlent souvent. L'âme n'a pas besoin de descendre dans le monde physique pour faire le travail spirituel et les actions de connexion spirituelle qui peuvent se produire dans les Mondes Supérieurs, que cela soit pour prier, étudier ou même pour partager. La principale finalité de notre travail ne devrait pas être les actions spirituelles qui peuvent aussi être faites dans les Mondes Supérieurs, mais plutôt d’élever le physique ; c'est le bénéfice d'envoyer l'âme dans le corps physique, dans le monde physique.

Ainsi en premier lieu, il fait une déclaration très importante pour notre compréhension à tous : le noyau de notre travail ne doit pas simplement être le travail spirituel tel que nous le voyons dans les connexions, l’étude, la prière, ou même dans les actions de partage, mais plutôt, dans le but d'élever le physique. Comment fait-on cela ? En injectant la Lumière du Créateur dans toute la physicalité de ce monde.

 

Pour donner un exemple, lorsqu’une personne mange, la question est : « Pourquoi mange-t-elle ? » Si elle mange parce qu'elle veut simplement apprécier la physicalité de manger, c'est un type de conscience. L'autre type de conscience est : « Je mange ceci, ou je bois ceci, ou je profite de cela, issu du monde physique, de sorte à avoir une plus grande capacité à me connecter à la Lumière du Créateur. » Lorsqu’une personne vit sa vie de cette façon, à savoir que dans tout ce qui est physique, elle comprend et injecte la conscience que la raison pour laquelle elle jouit de cette nourriture, de cette boisson ou de cet espace physique dans laquelle elle se trouve, est parce qu’elle a demandé à ce que tout cela lui donne une plus grande capacité de force et de bonheur, pour pouvoir se connecter à la Lumière du Créateur, et c'est le but ultime de son travail spirituel.

 

Cette compréhension que le but du travail spirituel n'est pas réellement le spirituel, mais plutôt la capacité d’imprégner toute la physicalité de la Lumière du Créateur, peut être un changement pour certains d'entre nous. C'est la raison pour laquelle nous sommes dans ce monde, parce qu’autrement - et il est important de le comprendre - il n'y aurait aucune finalité à être ici, parce que le travail spirituel peut être effectué dans le monde spirituel. La finalité à être envoyé dans ce monde consiste à pouvoir injecter la Lumière du Créateur dans le physique. Nous le faisons à travers la conscience. Nous le faisons en utilisant et en recevant consciemment le physique.

Et il apporte un enseignement de l'étudiant du Baal Shem Tov, le Maguid de Mezeritch. De temps en temps, dans le Zohar, on trouve une section poétique, mais très difficile à comprendre. L’une de ces sections se trouve au début du Zohar, dans la portion Mishpatim, section 15. Il s’y trouve un passage appelé Saba de Mishpatim, dans lequel un vieux sage révèle les secrets de la réincarnation. Il parle du travail de ce monde et termine par la phrase qui dit que notre travail consiste à vêtir la Shechinah, ou ce que nous appelons notre mère, notre protectrice, avec de belles choses qui « n'existent pas » ou « n'ont pas d’existence ». C'est la finalité de notre travail, le Saba de Mishpatim, révèle le vieux sage : revêtir, éveiller et préparer les belles choses qui n'ont pas d'existence. 

 

Ainsi, le Maguid de Mezeritch explique le secret de cette section dans le Zohar en nous disant que le travail spirituel a une existence, de la Lumière et une essence ; le Zohar a une essence que nous le touchions ou pas. Les prières ont une existence et ont de la Lumière, que nous les prononcions ou pas. Même les actions de partage, parce qu'elles sont connectées à la Lumière du Créateur, ont une existence séparée de ce que nous en faisons.

 

Mais ce qui n'a pas de Lumière, ou d'existence spirituelle, sans notre injection est tout ce qui vient du monde physique. Par conséquent, la finalité de notre travail spirituel dans ce monde ne repose pas sur les actions spirituelles, mais sur l’injection de la Lumière du Créateur dans le physique de ce monde. Donc, lorsque nous comprenons cela, nous comprenons à nouveau un changement dans la façon dont nous concentrons notre journée. Nous ne pouvons pas penser qu'il suffit d’avoir étudié, de s’être connecté, d’avoir prié, médité ou même fait des actions de partage. La question que nous devons nous poser est la suivante : « Combien de physicalité ai-je élevé aujourd’hui ? Combien de physicalité ai-je imprégné de la Lumière du Créateur ? » Combien, comme dit le Saba de Mishpatim, le vieux sage, de choses physiques élevons-nous qui n’avaient pas un investissement conséquent de Lumière du créateur en elles ? Combien avons-nous élevé de choses physiques en y injectant, à travers notre conscience, la Lumière du Créateur ? Cela devrait être le véritable objectif de notre travail spirituel.

Lorsque nous faisons cela, une belle chose arrive. Une personne qui se concentre sur ce travail, qui la plupart du temps lorsqu’elle mange, boit ou prend part à ce monde physique, élève le physique, à travers sa conscience, vers une connexion avec la Lumière du Créateur, s’élève au niveau d’une personne sage.

 

Les gens font souvent l'erreur de penser qu'être une personne spirituelle et être connecté au Créateur passe par le travail spirituel, mais comme nous venons de l'apprendre, ce n'est pas le cas, parce que pour faire le travail spirituel, nous n’avons pas à être dans ce monde physique. Nous pouvons faire tout le travail spirituel dans les Mondes Supérieurs. Il y a une seule raison pour laquelle nous sommes dans ce monde physique, et le but ultime de notre travail consiste à élever tout ce qui est de ce monde physique - la nourriture, la boisson, le plaisir, et ainsi de suite. Si nous faisons cela assidûment et constamment, alors nous finissons par nous élever au niveau d'une personne juste.

 

Et c'est le secret de la phrase qui commence la partie Vayishlach - « Jacob envoya des anges. » Jacob vécut sa vie avec cette compréhension, conscience et concentration, chaque fois qu'il mangeait, chaque fois qu'il buvait, chaque fois qu'il jouissait de la physicalité, il avait la conscience suivante : « J'investis la Lumière du Créateur dans cela, et je veux que cette jouissance, cette nourriture, cette physicalité me donnent la capacité de me connecter encore plus fortement à la Lumière du Créateur. » Il a par conséquent élevé ces choses physiques au niveau de ce qu'on appelle des « anges », ou des entités spirituelles, des êtres spirituels. A travers ce travail, de véritables anges, une véritable énergie spirituelle, a été créée dans toute sa physicalité.

 

Jacob a vécu sa vie en investissant toujours le physique. Nous n'avons pas à investir le spirituel avec la Lumière, parce que le spirituel a la Lumière, le Zohar a la Lumière, les prières ont la Lumière, même les actions de partage ont leur essence et la Lumière. Ce qui n'a pas de Lumière et a besoin d'être injecté avec la Lumière du Créateur pour recevoir l'existence et être élevé, est le physique. Nous devons prendre le physique et l'élever à une connexion avec la Lumière du Créateur, avec la conscience dont nous avons parlé ici. Le Machia’h (la conscience messianique), la fin de la douleur, de la souffrance et de la mort, ne viendra pas lorsque plus de personnes prieront, étudieront, ou même feront des actions de partage. Cela se produira lorsque de plus en plus de personnes vivront avec cette conscience et élèveront le physique.


Par Michael Berg
29 novembre  2017