Débloquer les bénédictions à travers la force de certitude | Kabbalah Centre France

Débloquer les bénédictions à travers la force de certitude

La portion et le Shabbat de Beshalach sont très importants. Il s’agit de la portion du miracle de l’ouverture de la Mer Rouge et du Shabbat des 72 Noms de Dieu. Bon nombre de Kabbalistes ont écrit au sujet de cette portion, mais le Maharal, un grand Kabbaliste de la ville de Prague, nous transmet un enseignement en particulier sur la notion de certitude. En approfondissant notre compréhension de ce concept, nous serons capables d'évoluer vers un état de certitude beaucoup plus élevé dans la Lumière du Créateur.

 

Dans un de ses ouvrages, Netivot Olam, le Maharal parle des secrets de la certitude. Il commence en citant un verset du Livre des Proverbes (Mishlei), racontant que le roi Salomon dit qu’il est facile de trouver des personnes qui partagent, en revanche trouver une personne qui a la certitude est presque impossible. En effet, lorsque l’on parle d’une personne qui partage, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle partage 100% de son temps ; même si elle ne partage que 5%, elle sera toujours une personne qui partage. Chacun partage de manière différente, certains partagent plus que d’autres mais on pourra toujours dire que ces personnes partagent. En revanche, dire qu’une personne a la certitude c’est plus difficile. Pourquoi ? Parce qu’avoir la certitude signifie que la personne a une certitude totale dans la Lumière du Créateur et que, par conséquent, n'a aucune peur ni inquiétude.

 

Puis il nous parle ensuite d’une autre part de certitude : nous faisons confiance à quelqu'un qui a la certitude. Nous pouvons être sûrs que cette personne fera ce qu'elle dit. Nous savons que si cette personne se comporte d'une certaine manière, ce sera toujours ainsi. Le Maharal lie ces deux types de certitude ; les personnes qui ont la certitude, ont confiance en une personne qui a la certitude dans la Lumière du Créateur. Il ne peut pas y avoir l’un sans l'autre.


Cependant, le roi Salomon dit qu'il est très difficile de trouver quelqu'un qui a les deux niveaux de certitude. Pourquoi ? Parce que lorsqu’une personne a la certitude dans la Lumière du Créateur, cela signifie qu’elle a la certitude totale que la Lumière du Créateur est impliquée dans tout ce qui concerne sa vie et que tout ce qui vient à elle vient du Créateur. Par conséquent, elle ne ressent ni peur ni inquiétude. Puisqu'elle est certaine que tout vient du Créateur, elle sait qu'à la fin, tout sera pour son bien. Il s’agit du premier type de certitude.

 

Le deuxième type de certitude concerne l'individu. Les personnes peuvent avoir confiance à 100% en une personne seulement si cette dernière ne change pas et n’hésite pas dans sa certitude, soit dans sa certitude dans le Créateur ou dans ses relations avec autrui. Cependant, une personne qui hésite, même un peu, ne peut plus être considérée comme une personne certaine ou fiable. Le roi Salomon dit qu'il est difficile de trouver et d'atteindre un véritable niveau de certitude car la certitude doit avoir de la force.



Nous sommes tous à différents niveaux vis à vis de notre certitude envers la Lumière du Créateur. Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous pouvons dire que nous ne sommes pas au niveau dont parle le roi Salomon. Mais nous devons atteindre l'état que le Maharal appelle la force de certitude. Car avoir la certitude est une chose, mais pour être appelée une personne de certitude, nous devons avoir une force de certitude qui ne faiblit jamais. Il s’agit de la différence entre une personne qui partage et une personne ayant la certitude, comme l'a souligné le roi Salomon. Une personne qui partage un petit peu seulement durant la semaine, restera toujours une personne qui partage. Mais une personne qui a un peu de certitude ne sera pas une personne ayant la certitude. Une personne ayant la certitude est une personne qui, lorsque les ténèbres et les défis se manifestent, a la force de la certitude.

 

C'est donc là qu'il commence cette compréhension. La plupart d'entre nous pouvons dire que nous sommes des personnes de partage. En revanche, dire que nous sommes une personne de certitude signifierait que nous avons la certitude dans la Lumière du Créateur mais aussi dans nos relations avec autrui. Car la certitude signifie que nous n'hésitons pas, même pas un peu. Lorsque le défi se manifeste, nous ne changeons pas. Nous n'autorisons pas le doute.

 

Lorsqu’une personne s'efforce d'atteindre cette force de certitude, alors, selon le Talmud, toutes les portes s'ouvrent. Le secret du mot Amen est qu'il représente l'Emounah ou la certitude. Par conséquent, si une personne a la certitude, alors toutes les portes du Jardin d'Eden, toutes les bénédictions de la Lumière du Créateur viennent à cette personne. Toutes les portes s'ouvrent à celles et ceux qui ont la certitude. Il n'y a rien d'autre qui puisse ouvrir toutes les portes chez une personne, pas même des actions de partage. Par conséquent, en entrant dans ce Shabbat Beshalach, où le don de la certitude est disponible, nous devons commencer à être vraiment honnête avec nous-mêmes et analyser notre certitude plus en profondeur, afin de voir si nous pouvons même l'appeler ainsi.

 

Le moyen le plus simple de savoir si nous avons la force dans notre certitude est de nous poser la question : « Lorsque des problèmes nous arrivent, est-ce que l’on commence à hésiter ou pas ? » Si on commence à hésiter, cela veut dire que nous n’avons pas la force de la certitude. La certitude ne peut être appelée Certitude que si elle a une force qui la soutient, et non pas seulement lorsque tout va bien. Lorsqu’il est dit qu’une personne répond Amen de toutes ses forces, cela signifie que son Emounah, sa certitude dans la Lumière du Créateur, a toute sa force investie en elle. Alors, toutes les portes, non seulement celles du Jardin d'Eden, mais aussi celles de toutes les bénédictions, sont ouvertes pour cette personne.

 

Puis il révèle un autre secret important : Que signifie « les portes du jardin d'Eden sont fermées » ? Qu'est-ce que cela signifie lorsque nous disons qu'une personne ne peut pas attirer cette bénédiction ? La plupart des personnes veulent recevoir des bénédictions et des dons dans leur vie mais elles sont bloquées. EIles ont une barrière spirituelle autour d'elles et, depuis le monde physique, nous ne pouvons pas débloquer ces bénédictions.

 

Alors, comment les débloquer ? Lorsqu’une personne éveille non seulement la certitude, mais la force de certitude qui la relie à la Lumière du Créateur. Nous ne pouvons pas avoir d'union ou de lien réel avec la Lumière du Créateur à moins d'avoir la force de certitude. Par conséquent, lorsque nous pouvons éveiller une forte certitude, nous sommes entièrement liés à la Lumière du Créateur et nous pouvons ouvrir toutes les portes parce que ce qui les maintient fermées c’est la distance entre nous et le Créateur. Une fois que nous pouvons éveiller une forte certitude et que nous nous connectons à la Lumière du Créateur, nous sautons par-dessus la barrière et nous retrouvons à l’endroit où toutes les portes sont ouvertes.

 

Il est important de comprendre que même le partage d'actions ou d'actions de connexion spirituelle ne nous permettra pas de briser la barrière. Il y a seulement une chose qui peut débloquer toutes les portes des bénédictions et c'est la force de certitude, parce qu'elle nous relie à la Lumière du Créateur et le Créateur fait partie de ces bénédictions. Par conséquent, lorsqu’il est dit que nous pouvons ouvrir le jardin d'Eden, cela signifie que nous pouvons débloquer toutes les bénédictions dont nous avons besoin. Une fois que nous avons une force de certitude complète, nous liant à la Lumière du Créateur, nous sommes dans le Jardin d'Eden et les portes s’ouvrent. Nous pouvons alors attirer dans notre vie toutes les bénédictions qui ont été bloquées. Cette force de certitude est une compréhension puissante et un don incroyable qui nous est offert à travers la portion et le Shabbat de Beshalach.

 

Par Michael Berg
24 Janvier 2018