Attirer la joie | Kabbalah Centre France

Attirer la joie

Les kabbalistes enseignent que les portes du bonheur s’ouvrent au début du mois des Poissons. Par conséquent, alors que nous entrons dans le deuxième mois des Poissons, ou Adar II, nous avons la possibilité d’attirer encore plus de joie, de bonheur et de lumière dans nos vies.


Être joyeux est en fait un choix que nous faisons, un changement dans notre conscience. Nous n’attendons pas que quelque chose d’extérieur arrive pour que l’on devienne joyeux ; nous choisissons juste d'être joyeux. Et il n'y a pas d'autre mois que celui d'Adar pour puiser dans cette joie. Une façon de le faire est par la gratitude. En commençant chaque jour, en choisissant de nous concentrer sur un aspect de notre vie pour lequel nous sommes reconnaissants, nous connecterons et sentirons la joie que nous procurent les dons durables de la Lumière.


Nous devons toutefois nous rappeler que le côté négatif fera tout ce qui est en son pouvoir pour nous maintenir dans un état réactif opposé à la joie. Le mois des Poissons nous enseigne donc à ne pas nous laisser décourager par ces ténèbres, car nous ne sommes ni la lumière ni les ténèbres ; chacun de nous a toujours les deux aspects en lui.


Il y a une histoire à propos de Rabbi Chaim Vital et de son professeur, le Ari. Pendant les années qu'ils ont passées ensemble, Rabbi Chaim Vital avait un énorme problème pour contrôler sa colère. Le Ari lui dit : "Plus tu grandiras et plus tu deviendras connecté à la Lumière du Créateur, et plus les ténèbres deviendront difficiles et plus il te faudra combattre ta colère avec force." C’est une bonne chose à se souvenir alors que nous commençons à ressentir la joie disponible ce mois-ci; plus la joie est grande, plus le côté négatif essayera de nous en dissuader.


Grâce à la puissance disponible pendant le mois d’Adar II, nous pouvons repousser nos ténèbres au loin et révéler d’énormes quantités de lumière. Plus nous ferons cela, plus nous pourons commencer à attirer le bonheur de ce mois-ci, dans nos vies.