Voir au-delà de l'illusion de ce monde | Kabbalah Centre France

Voir au-delà de l'illusion de ce monde

Le Shabbat qui tombe pendant les dix jours entre Rosh Hashana et Yom Kippour est appelé Shabbat Shuva, le Shabbat du Retour. Cette année, c'est le Shabbat de la portion Vayelech.

 

La portion Vayelech a tous les enseignements que Moïse nous a donnés avant de quitter ce monde. Et au début, Moïse dit quelque chose de très étrange aux Israélites : « J'ai 120 ans aujourd'hui. Je ne peux plus sortir et entrer. » Qu'est-ce que ça veut dire ? Rachi, le grand kabbaliste, nous dit que cela signifie que Moïse dit essentiellement : « Je ne peux plus accéder à la sagesse ; par conséquent, je ne peux pas vous la donner. » Une personne juste, un sage, avant de quitter ce monde, se voit révéler la totalité de la Lumière. Sachant cela, comment est-il possible pour Moïse de dire que tout lui est bloqué maintenant ? Cela n'a aucun sens et ne peut être compris littéralement. Alors, quel est le secret derrière cela ?

 

Que ce monde est une illusion. En termes simples, rien de ce que nous voyons, pensons ou expérimentons n’est réel. Nous pensons, par exemple, que nous lisons le Zohar, la Torah ou les paroles de Rachi et d’autres grands kabbalistes et les comprenons. Cependant, ce que nous comprenons est en réalité une sagesse diminuée et habillée. Tout au long de ses 40 années de leadership, Moïse a enseigné aux Israélites, je ne veux pas en dire une version muette, mais la seule version qu'ils et que nous pouvons comprendre. Par conséquent, notre propre expérience des paroles de Moïse l’est d'une compréhension diminuée.

 

Les kabbalistes enseignent que, lorsque Moïse était à son dernier jour dans ce monde, le Créateur dit : « Je vais tout te donner. » Moïse avait déjà reçu les 49 portes de Binah, la Sagesse, et la 50ème  lui fut révélée ce jour. Et une fois que Moïse était connecté à ce royaume, il ne pouvait plus parler à personne, car le cadre de référence qu'avaient les Israélites était complètement différent de la vérité. En tant que tel, lorsque Moïse dit : « Je ne peux plus vous parler. Je ne peux plus vous apprendre », ce n'est pas parce qu'il a tout perdu, mais parce qu'il a tout reçu. Ils ne pouvaient plus comprendre un mot de ce qu'il disait maintenant, parce qu'ils vivaient encore dans le royaume de l'illusion.

 

Et nous vivons tous à l'intérieur de ce royaume de l'illusion et y souscrivons chaque instant de la journée. Par conséquent, la sagesse et la compréhension que nous pensons recevoir ou extraire n’est presque rien. Bien sûr, tout lien avec le Zohar ou la Torah ou les écrits des kabbalistes apporte une grande lumière ; mais la vraie lumière, une vraie connexion, n'est pas réalisable d'où nous sommes. Et nous devons commencer par là, à savoir que tout ce que nous voyons et pensons est basé sur le monde de l'illusion dans lequel nous sommes.

 

Pour approfondir cette compréhension, je veux partager une histoire:

 

Il y avait deux grands étudiants du Maggid de Mezeritch, Rav Shmelke de Nikolsburg et Rav Pinchas, son frère. Ils demandèrent au Maggid de Mezeritch: quand une personne voit et subit les ténèbres, la douleur et la négativité, comment se fait-il qu'il la bénisse, et ne la voit et ne la subisse que comme Lumière ?

 

Le Maggid de Mezeritch leur répondit : « Je ne suis pas la bonne personne pour vous conduire à ce niveau, aller voir mon élève, Rabbi Zusha d'Anipoli. » Ils allèrent donc voir Rabbi Zusha et lui dirent que leur professeur, le Maggid de Mezeritch, les a envoyés à lui. Ils demandèrent : « Comment pouvons-nous atteindre un état de conscience dans lequel nous voyons la négativité et faisons l'expérience de la douleur et des ténèbres, mais voyons cela comme une bénédiction ? » Rabbi Zusha leur répondit : « Je ne comprends pas pourquoi le Maggid de Mezeritch vous a envoyé pour vous enseigner cela ; Je n'ai jamais rien eu de négatif dans ma vie. " »

 

Ceux qui connaissent l'histoire de Rabbi Zusha savent qu'il a eu une vie très difficile. Si nous le voyons d’un regard extérieur, nous verrions la douleur et l'obscurité. Et pourtant, Rabbi Zusha dit : « Je ne vois pas pourquoi le maggid de Mezeritch, notre maitre, vous a envoyé à moi pour vous enseigner la conscience de bénir les ténèbres, parce que je n'ai jamais rien vécu de mal. » Et c'est ça le secret que Moïse veut nous donner ce Shabbat, entre Rosh Hashana et Yom Kippour; Nous devons atteindre un état de conscience dans lequel nous comprenons que toute douleur ou ténèbres que nous vivons est construite sur le mensonge et l'illusion de ce monde.

 

Moïse dit aux Israélites : « Je suis arrivé maintenant à ce niveau où je vois qu'il n'y a que de la Lumière ; il n'y a pas de ténèbres, il n'y a pas de douleur. Et je veux aider à vous élever. » Le Shabbat Shuva, Moïse vient à nous et dit : «  Prenez toute votre tristesse, prenez tous vos ténèbres et venez à mon côté, l'endroit qui ne voit que le bien, la bénédiction et la lumière. » Mais d’abord, nous devons croire que cette réalité existe et savoir que ce n’est pas seulement l’un des plus beaux cadeaux possibles, mais que c’est également disponible. Rabbi Zusha et Moïse ont expérimenté cet état, où il n’y a jamais eu ni expérience de douleur ni de négativité, et nous devons savoir que lors du Shabbat de Vayelech, Shabbat Shuva, Moïse désire nous le donner.

 

Le Shabbat Shuva, nous pouvons demander à avoir la conscience de voir au-delà de l'illusion de ce monde, expérimentant uniquement la Lumière, jamais les ténèbres ni la négativité. Et en ayant cette conscience, tous les ténèbres se transforment alors en lumière et tout jugement en miséricorde.

 

Par Michael Berg