Tout est possible | Kabbalah Centre France

Tout est possible

Théodore Roosevelt a dit une fois, « Faites ce que vous pouvez, avec ce que vous avez, où vous vous trouvez ». C'est évidemment une déclaration très perspicace lorsqu'elle est mise en pratique dans notre vie personnelle ou professionnelle, mais elle s'applique aussi à notre mission spirituelle ici sur Terre : La mission de parfaire nos âmes. La vérité c'est qu'on nous a donné tout ce que nous avons – quelque soient nos traits, nos limitations ou nos dons – afin que nous soyons capable de nous changer de l'intérieur.

Le passage de la Bible à lire cette semaine s'appelle Va'etchanan en Hébreux, ce qui veut dire en Français « mendier ». Nous y découvrons Moïse implorer Dieu 515 fois pour lui permettre d'entrer sur la terre d’Israël. Pourquoi devait-il autant supplier pour aller à un certain endroit ? Avec tous les miracles qu'il a accomplis, pourquoi Moïse devait-il quémander pour cette requête apparemment mineure ? Après tout, si nous nous rappelons, quand la sœur de Moïse, Myriam, était malade de la lèpre, tout ce que Moïse a eu à faire fut de demander au Créateur, « El na refa na la », ce qui veut dire « Guéris-la maintenant », et elle fut guérie. Comment Moïse a-t-il pu à un endroit de la Bible être si arrogant et dire au Créateur, « C'est ce que j’exige de Toi », et pourtant ici nous le voyons si désespéré ?

La réponse est que Moïse savait qu'il avait atteint un niveau spirituel si élevé que s'il entrait en Israël, il serait capable d'accomplir une parfaite unification du monde physique et du monde spirituel, une union qui aurait amené une paix globale et la fin de toute douleur, souffrance et mort.

Mais le Créateur a dit à Moïse, aucune personne ne peut marcher dans les chaussures d'un autre. En d'autres termes, aucune personne ne peut se charger du processus d'un autre. Le Créateur l'a expliqué à Moïse en ces termes : « Moïse, tu ne peux pas entrer car une fois que tu l'auras fait, ton action créera une unité complète dans le monde entier. Les gens n'ont cependant pas encore fini de corriger leurs aspects négatifs. Chacun doit faire son propre processus. Chaque personne doit compléter sa propre mission spirituelle. Et parce que chacun est un rocher équarri provenant de la même Montagne Divine, cela prendra du temps pour que chaque personne fasse sa part afin de ramener cette énorme montagne en un seul bloc ».

Pour nous, ceci est une profonde leçon. Combien de fois réellement nous rejetons notre propre processus ? Combien de fois nous disons-nous, « Que puis-je faire ? C'est ma situation ! »ou « Que puis-je faire ? C'est comme ça que je suis né ? Je n'ai pas le choix ! »

Le fait est que si c'est notre attitude, alors nous avons un autre dieu devant nous et ce dieu s'appelle « victimologie ».

Le premier des Commandements dit : « Je suis le Seigneur, ton Dieu, qui t'a fait sortir du pays d’Égypte, la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autre Dieu devant Ma face ». En pratique, qu'est-ce que cela veut dire ?

Essentiellement, cela signifie : « Je t'ai donné la possibilité de ne pas être une victime. Je t'ai sorti de ta propre servitude. Aujourd'hui je t'autorise à utiliser les outils spirituels pour réparer et créer tout ce qui t'a été confié comme travail ; que ce soit beaucoup ou un peu ». Quelques soient les outils que nous avons eu, le Créateur nous les a donné pour pouvoir changer parce que nous ne sommes plus en esclavage.

Je suis sûre que vous avez entendu parler du jeune Sud Africain de 26 ans, amputé des deux jambes, Oscar Pistorius. Oscar a récemment été qualifié pour courir le 400 m et le 4x400 m relais aux Jeux Olympiques d’Été de Londres. L'histoire du succès de ce jeune homme – en dépit de ses limitations – est vraiment remarquable. Non seulement il a atteint ses buts en course, malgré une double amputation au-dessous des genoux, mais si vous lisez son histoire, vous verrez qu'il a aussi surmonté d'autres épreuves, y compris une blessure au genou à un moment ainsi qu'un accident de bateau en 2008. Le thème de cette histoire est assez bien résumé par son mantra personnel : « Tu n'es pas rendu infirme par les infirmités que tu as ; tu es capable grâce aux capacités que tu as ».

Cette semaine, rappelons-nous que nous ne sommes pas des victimes. Quelques soient nos circonstances, nous sommes toujours capables de partager et de participer à l’apport de la Lumière dans ce monde.

3 aout 2012
Par Karen Berg