Simple Lumière La beauté de notre âme | Kabbalah Centre France

Simple Lumière La beauté de notre âme

D’un point de vue kabbalistique, le corps est comme la terre, et l’âme est la partie qui doit être cultivée et nourrie pour être fertile. La seule façon dont notre âme peut donner des fruits en ce monde est si l’on se donne à nous-mêmes l’opportunité de l’écouter. En d’autres termes nous devons prendre une décision proactive pour connecter avec cette partie de nous-mêmes qui est au-delà de la physicalité à savoir, notre âme. 

Cependant, ce qu’il se passe la plupart du temps, c’est que nous sommes si occupés à faire des choses (travailler, voir des gens, la famille) que l’on ne s’accorde pas le temps de voir la beauté qui est à l’intérieur, le temps de parler à notre âme et de lui demander ce qu’elle veut de nous. 

J’ai lu deux histoires intéressantes cette semaine. La première était à propos d’une femme qui commença une bibliothèque pour enfants de la rue afin qu’ils puissent lire avant d’aller au lit. L’autre était à propos d’une jeune femme d’une communauté somalienne dans le Minnesota qui créa une fondation pour donner aux autres somaliens les mêmes opportunités sur le plan éducatif qu’elle avait eues. Ces deux personnes ont réussi à se dépasser elles-mêmes afin d’amener quelque chose de puissant dans le monde (ce qui est notre mission principale en tant qu’êtres humains). 

Le Créateur ne nous a pas mis ici simplement pour vivre, se reproduire, et mourir. Il a donné à chacun d’entre nous un travail spécifique pour faire de ce monde un monde meilleur parce qu’on y a vécu. Cela ne signifie pas que nous devons devenir activistes ou changer chaque exemple de chaos que l’on voit. Ce que cela signifie, cependant, est que nous devons nourrir cette chose spéciale à l’intérieur (notre âme) qui nous donne la capacité d’aller au-delà de notre nature première. Quelle est notre nature ? De ne penser qu’à nous-mêmes. 

Chose intéressante le paradoxe de la vie est que lorsque nous ne pensons qu’à nous-mêmes nous ne sommes jamais satisfaits. Par exemple nous pourrions avoir mangé le meilleur repas au monde et sortir du restaurant en disant, « Ouah ! C’était un bel endroit où manger. » Mais interrogez-nous sur ce fabuleux repas un mois plus tard et le plus probable est que l’on ne s’en rappellera même pas. Tandis que si nous allons au restaurant avec une amie et qu’on lui donne quelque chose qui l’aide ou peut-être l’amie partage quelque chose avec nous, vous pouvez être sûr que l’on va se rappeler de ce repas.  Pourquoi ? Parce qu’il y avait du partage impliqué, et la raison pour laquelle nous sommes ici dans cette vie est de pratiquer le partage à la fois de façon marquantes et anodines, tout comme les jeunes femmes dont j’ai lu les histoires cette semaine. 

Notre travail est de manifester notre âme dans ce monde physique. Autrement il n’y a pas de but à notre vie ; sinon nous pourrions être des animaux et nous ne le sommes pas. N’oublions pas que notre corps est seulement un vêtement et que l’on connecte à la force de la Lumière uniquement à travers la beauté de notre âme. 

Si cet article vous a plu, s’il vous plaît, faîtes-en part à un ami.

11 Juin 2012
Par Karen Berg