Domestiquer le pouvoir du Bélier | Kabbalah Centre France

Domestiquer le pouvoir du Bélier

Domestiquer le pouvoir du BélierBienvenue dans le mois du Bélier, connu en hébreu sous le nom de « Rosh Ha Chodashim » ou « tête de tous les mois ». Avant de donner des tuyaux susceptibles de nous aider à diriger l’énergie de ce mois, je souhaite vous donner quelques informations sur la nature des personnes nées sous ce signe.

Courageux et intellectuel, gentil et généreux, les Béliers ont tendance à être connus pour leur approche juvénile de la vie. Ainsi, l’énergie des personnes nées sous le signe du Bélier est le feu, qui dans l’astrologie conventionnelle, qualifie le Bélier « d’enfant de l’univers ». Cela a du sens car tout comme les enfants, les Béliers sont des personnes qui, en général, sont les premières à se lever pour relever un défi.

Ils ne contournent rien. Si un mur se dresse en chemin, le Bélier va sûrement avoir l’audace de foncer droit dedans - ou du moins essayer.

Les Béliers sont également des individus qui adorent leur liberté. Bien que leurs vies soient dépendantes de l’amour et de la reconnaissance, ils peuvent trouver difficile de rester dans des relations car ils ne veulent pas être contrôlés par qui que ce soit. Ils peuvent être fou amoureux mais en un laps de temps, très court, ils peuvent trouver une douzaine de raisons pour lesquelles la relation ne leur convient pas.

Un autre aspect des Béliers est qu’ils sont gouvernés par Mars, et Mars, comme nous le savons, est la planète de la guerre. Mars est la planète rouge et, à ce sujet, est l’une des seules planètes que nous pouvons voir à l’œil nu. Mars est aussi un point d’énergie. L’énergie de Mars étant présente dans le cosmos en ce moment, nous tous, que nous soyons nés ce mois-ci ou pas, pouvons nous attendre à être affectés par cette influence du feu.

Voici quelques tuyaux sur la manière dont nous pouvons gérer la colère lorsque la température augmente :

Comme je l’ai mentionné dans mon livre "Simple Light" (« Simple Lumière ») : « Il y a deux types de colère. L’un est la colère parentale, l’autre la colère critique.

La colère parentale relève d’un sens de l’éducation lorsque nous disons à quelqu’un qu’il n’aurait pas dû faire quelque chose car nous ne voulons pas qu’il subisse les conséquences de ses actions. La colère critique, d’autre part, ne relève pas d’un point de vue éducatif, mais plutôt du jugement.

Tout comme il existe deux types de colère, il existe également deux manières de réagir lorsque les autres sont en colère après nous.

L’une des réactions est le retrait mais le problème avec cette réaction est que lorsque nous nous retirons, nous interrompons le circuit d’énergie. Notre autre réponse à la colère est la vengeance spontanée et là, nous répondons dans l’immédiat, ce qui veut dire que nous sommes sûrs de nous disputer avec l’autre personne.

D’un point de vue spirituel, il n’existe qu’une seule manière de répondre à la colère et c’est d’apprendre comment être proactif - faire passer la situation à un autre niveau. Cela veut dire que lorsque l’autre personne est en colère, nous ne relevons pas sa colère. Nous faisons une pause, une petite seconde et disons : « J’ai peut-être raison ou j’ai peut-être tort. Voyons comment nous pouvons débloquer la situation. » De cette manière, nous prenons du recul, tant physiquement que spirituellement, vis-à-vis de la réactivité de l’autre personne.

Lorsque nous pensons de manière réactive avec notre Ego, les disputes s’enclenchent. Il n’est pas toujours facile de ne pas réagir mais lorsque nous sommes proactifs, alors il ne peut y avoir de disputes car notre Ego n’est pas impliqué. »

En mettant en pratique la proactivité ce mois-ci, faîtes nous part de vos histoires de transformation et de maturité.

Chodesh tov (je vous souhaite un bon mois).

 

Avec Amour,

Karen

mardi 12 mars 2013