Des mots qui construisent | Kabbalah Centre France

Des mots qui construisent

Cette semaine, nous entrons dans une période de 21 jours que les kabbalistes appellent « Ben Hametzarim », qui est souvent considérée comme trois des semaines les plus «négatives» de l'année. Je mets le mot «négatif» entre guillemets pour une raison, parce que le Rav Berg enseignait souvent que cette période pouvait potentiellement être l’une des plus positives.

 

Cette semaine, nous entrons dans une période de 21 jours que les kabbalistes appellent « Ben Hametzarim », qui est souvent considérée comme trois des semaines les plus «négatives» de l'année. Je mets le mot «négatif» entre guillemets pour une raison, parce que le Rav Berg enseignait souvent que cette période pouvait potentiellement être l’une des plus positives. C'est la dualité du monde matériel qui est connectée à l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. Même le mot «mal» épelé à l'envers devient le mot « vivre » (en anglais). Dans la mesure où il y a des ténèbres, on nous donne l'occasion de révéler le même degré de Lumière.

 

Alors la question devient, comment pouvons-nous faire cela? Que pouvons-nous faire, ces 7 prochains jours en particulier, pour commencer à faire de ces semaines, les semaines les plus positives de notre année au lieu des plus négatives qu’elles sont susceptibles d’être ?

 

Pour les réponses, nous nous tournons vers le Zohar. La portion de cette semaine, « Matot », concerne principalement l’idée des vœux et le pouvoir de la parole. Les kabbalistes enseignent que Dieu nous a accordé à tous le pouvoir de créer des anges avec nos paroles. Pour chaque mot négatif que nous disons, un ange est créé dont le but est d'initier les ténèbres. Avec chaque mot positif que nous disons, un ange est créé pour rayonner la lumière.

 

Bien sûr, ce ne sont pas les mots eux-mêmes, car tous les mots ont le potentiel d'être négatifs ou positifs. L'important est de savoir comment et pourquoi nous les utilisons – avec l’intention de construire ou de détruire. Le Rav disait toujours qu'il ne faut qu’un instant pour détruire ce qu'il faut des années à construire. Nous pourrions utiliser nos mots pour bavarder au sujet d’un ami de longue date, pour réprimander quelqu'un sévèrement, ou même utiliser nos mots pour nous diminuer ou nous rabaisser («Je suis si stupide, pourquoi est-ce que j’ai fait cela?»). D’autre part, nous pouvons utiliser nos mots pour illuminer la journée d'une personne ou témoigner de l’empathie à quelqu'un qui souffre, par un simple «Je comprends» ou simplement dire à quelqu'un qu’il compte pour nous.

 

De cette façon, nous pouvons commencer à voir que, pour les anges, chaque mot est un vœu, car les anges n’ont pas de volonté propre, et ils ont donc le devoir de porter l’énergie avec laquelle nos paroles sont prononcées.

 

En cette première semaine de « Ben Hametzarim », utilisons nos mots pour remplir le monde de Lumière. Au cours des 7 prochains jours, parlons avec gentillesse aux autres et à nous-mêmes. Prononçons des mots qui construisent - des mots de sagesse, de paix et d'amour - et remplissons ainsi le monde d'anges positifs qui peuvent nous élever sur leurs ailes.
Je vous invite à partager cette possibilité avec d'autres afin que nous puissions multiplier nos efforts par des milliers et des milliers, grâce auxquels nous puissions modifier l'énergie qui existe dans le monde aujourd'hui, et peut-être qu'à la fin de « Ben Hametzarim », le monde sera bien meilleur grâce à cela.

 

Cette semaine, laissez les mots qui construisent être votre vrai Nord.

 

PAR Karen Berg