Créer la spiritualité | Kabbalah Centre France

Créer la spiritualité

Il y a une histoire à propos d’un grand kabbaliste appelé Rabbi Akiva qui rencontrait ses élèves tous les jours pour étudier. À une occasion, cependant, l’un d’entre eux était absent. Donc, plus tard ce soir-là, Rabbi Akiva se rendit à la maison de cet élève où il le trouva seul et très malade.

Rabbi Akiva s’occupa de l’élève, lui donna de la nourriture et des médicaments et se chargea de la maison. Finalement, le jeune homme se rétablit ; mais ce qui attrista le plus, le grand kabbaliste, était qu’aucun de ses autres élèves n’avait même remarqué l’absence de celui ci. «Comment est-il possible » se demandait Rabbi Akiva, «qu’avec tous ces grands sages, personne n’ait vu la souffrance de quelqu’un qui étudiait avec eux tous les jours ? »

Cette histoire contient une puissante leçon. L’attribut spirituel le plus important que nous ayons, est notre humilité, c’est-à-dire notre capacité à ouvrir nos yeux et voir les gens autour de nous. Cette capacité est ce qui sépare notre véritable travail spirituel de ce qui pourrait ressembler à du travail spirituel.

Bon nombre d’entre nous apprécient d’apprendre dans un livre, d’apprendre avec d’autres personnes, de faire partie d’une communauté religieuse ou spirituelle. Mais de toutes ces personnes, combien d’entre nous sont réellement prêts à faire le travail inhérent, en sortant de nous-mêmes, afin d’être là pour les autres, surtout lorsque c’est si inconfortable ?

Cette semaine, souvenons-nous que la spiritualité n’est pas simplement quelque chose qui nous arrive —c’est quelque chose que nous créons. C’est comme être dans une piscine et repousser l’eau, la quantité d’eau que vous repoussez est la même que celle qui revient vers vous. Il en va de même dans le système de la vie. Les efforts et l’énergie que nous déployons dans nos vies et que l’on étend aux vies de ceux qui nous entourent est la quantité d’énergie que nous recevrons en retour.

Si cet article vous a plu, s’il vous plaît, faites-en part à un ami.

5 Juin 2012
Par Karen Berg