Aller de l'avant | Kabbalah Centre France

Aller de l'avant

Nous entrons dans une période de nouveaux départs. Les enfants (ainsi que les parents) se connectent de nouveau à la rentrée des classes et beaucoup d’entre nous, d’une manière ou d’une autre, entamons un nouveau chapitre de nos vies tandis que nous cheminons vers l’automne.

Selon les kabbalistes, tout comme les saisons se suivent et comme le temps est en perpétuel mouvement, il en va de même de notre conscience. Le monde physique dans lequel nous vivons est connu des kabbalistes sous le nom de Malchut et dans ce monde -là, ne réside aucun territoire neutre.   Il n’existe pas de bouton pause pour notre travail spirituel. A chaque instant nous nous rapprochons  soit plus près de l’aspect positif, soit plus près de l’aspect négatif, soit plus près de notre potentiel ou complètement en retrait de celui-ci. Tandis que nous avons une vision claire de la manière dont nous pouvons, à l’école, passer d’une classe à l’autre, ou bien de la manière dont nous pouvons au travail, passer d’une tâche à une autre, il nous est souvent moins clair ou évident d’aller de l’avant dans notre travail spirituel.

Aller de l’avant sur un plan spirituel, cela veut dire que nous devons souvent faire des choix nous permettant de transcender et de contrôler la physicalité en nous évertuant à atteindre quelque chose de plus élevé, à savoir l’énergie spirituelle de nos âmes. Cela veut dire que nous devons effectuer des changements proactifs, concrets dans la manière dont nous gérons notre santé, nos relations, nos affaires -  effectuer des changements qui nous poussent hors de notre zone de confort et font de nous des êtres de partage.

Aller de l’avant veut dire que nous devons poser des questions difficiles telles que : « Où vais-je ? » et « Que dois-je faire pour y arriver ? » Une fois que nous saisissons qu’il nous faut changer d’amis, d’environnement ou bien d’habitudes, deux choix apparents s’offrent à nous : nous pouvons faire le choix d’effectuer les changements sur le champ ou bien nous pouvons les remettre à plus tard. Malheureusement, il est toujours plus simple pour bon nombre d’entre nous d’opter pour cette dernière et ainsi s’assoir, attendre, négocier avec la Lumière et dire « Je vais le faire demain » ou « Peut-être que je ne suis pas encore prêt(e) » ou encore « Je n’ai pas envie de faire ce choix. » Mais lorsque nous « procrastinons» de cette manière, ce que nous accomplissons réellement, c’est remettre à plus tard des décisions qui pourraient faire toute la différence dans nos vies.

Lorsque que le Rav et moi avons ouvert le Centre de la Kabbale et dit que nous allions enseigner la Kabbale à toute personne désireuse de recevoir cet enseignement, beaucoup ont pensé que nous avions perdu la tête, tandis que d’autres ont résolument tout fait pour nous détruire. Néanmoins, nous nous sommes dit : « C’est quelque chose de bien et nous voulons le transmettre au monde peu importe la difficulté du chemin à parcourir. » Et vous savez ce qui s’est finalement passé ? De façon tout à fait surprenante, de plus en plus de personnes ont fini par dire « Ce n’est pas une si mauvaise chose après tout. »

Chacun de nous a quelque chose de bien à transmettre à sa famille, ses amis, ses connaissances et même au monde. Chacun de nous possède l’aspect positif en soi qu’il nous est nécessaire de partager avec les autres. Que cela soit à grande ou à petite échelle, cela importe peu. Mais si nous ne faisons pas le premier pas et refusons de prendre la décision inconfortable d’aller de l’avant pour révéler notre potentiel, alors nous n’y parviendrons jamais.

31 août 2012
Par Karen Berg